Qu’est-ce qui influencera la croissance en 2024 ?

Maxime ROY
Maxime ROY

L'excellence financière à portée

Mon message vocal

En 2023, la Banque de France prévoit une croissance économique modeste de 0,9% et exclut la perspective d’une récession. Cependant, l’attention des acteurs économiques restera focalisée sur l’évolution du PIB de la France en 2024.

Les influences

Découvrez vos possibilités d’investissement

100% des investissements sont référencés !

Allez plus loin avec notre simulateur !

Obtenez des recommandations d’investissement en cohérence avec votre situation et vos objectifs.

Quels sont les 9 facteurs susceptibles d’influencer la croissance de la France en 2024 ?

Pour l’année 2024, il est crucial de prendre en compte divers facteurs qui influenceront la croissance économique en France. 

Tout d’abord, si les prix de l’énergie demeurent relativement stables et qu’aucune crise financière majeure ne se profile, la croissance économique devrait se situer autour de 0,9 %, selon les projections de la banque centrale.

Plusieurs éléments clés vont jouer un rôle dans cette trajectoire de croissance :

  • Les prix de l’énergie et de l’alimentation ont connu des hausses substantielles, contribuant à une inflation qui devrait commencer à se réduire à partir de 2024 pour atteindre environ 2,6 % en fin d’année. 

Toutefois, malgré la baisse des prix de l’énergie depuis l’été 2022, elle ne devrait pas suffire à stimuler une forte croissance en 2024. On prévoit un prix moyen du gaz TTF à 70 euros et une moyenne de 90 dollars pour le pétrole tout au long de 2024.

  • Le pouvoir d’achat des ménages devrait progresser en 2024, se rapprochant des niveaux observés en 2019, malgré les mesures fiscales en place, notamment les prélèvements écologiques.
  • Le taux d’épargne, bien supérieur à celui de 2019, devrait progressivement se normaliser, soutenant ainsi la consommation.
  • L’excédent d’épargne accumulé depuis le début de la crise de la COVID-19, représentant environ 12,6 % du revenu annuel des ménages, devrait être examiné, sans oublier l’effet de l’inflation sur le patrimoine.
  • Les exportations françaises devraient afficher une résilience notable, notamment dans des secteurs tels que l’aéronautique, contribuant positivement à la croissance grâce à une reprise partielle des parts de marché.
  • Le marché du travail va subir des changements significatifs en 2024, avec une augmentation du taux de chômage attendue à partir de la fin de 2023, en raison de la réduction des programmes d’apprentissage et de l’augmentation de la durée du travail. Le taux de chômage devrait atteindre 7,5 % d’ici la fin de l’année prochaine.
  • La productivité ne devrait pas retrouver son niveau pré-pandémique d’ici la fin de 2024, ce qui reflète un cycle de productivité toujours en phase de reprise.
  • Le déficit public, qui était de 4,7 % du PIB en 2022, devrait légèrement diminuer pour atteindre 4,5 % du PIB en 2024, à mesure que les mesures sanitaires et énergétiques seront progressivement levées.
  • Enfin, le ratio de la dette publique par rapport au PIB devrait également connaître une baisse, passant de 111,6 % en 2022 à 107,8 % en 2024, grâce à la croissance économique et à la hausse des prix du PIB. Ces éléments combinés seront essentiels pour évaluer la trajectoire de la croissance économique en France pour l’année à venir.

Loi de finance 2024, l’impact sur les contribuables

En 2024, il est prévu d’ajuster l’impôt sur le revenu en fonction de l’inflation, ce qui coûtera environ 6,1 milliards d’euros. Cette mesure vise à éviter que les impôts des ménages augmentent de manière disproportionnée par rapport à leurs revenus réels, préservant ainsi leur niveau de vie.

Pour soutenir les ménages à faibles revenus, les prestations sociales, y compris les pensions de retraite, seront également indexées sur l’inflation en 2024, représentant un coût de 18 milliards d’euros.

Cela bénéficiera à plusieurs aides, notamment l’Allocation aux Adultes Handicapés, les aides au logement, l’Aide au Retour à l’Emploi, l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées, et le Revenu de Solidarité Active.

Le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2024 propose des ajustements fiscaux visant à faciliter l’accès à la propriété pour les ménages à faibles revenus, en prolongeant le Prêt à Taux Zéro (PTZ) destiné à financer la première acquisition d’un logement jusqu’à fin 2027.

En ce qui concerne la fonction publique de l’État, des mesures sont programmées, dont une augmentation de 5 points de l’indice à partir du 1er janvier 2024, avec un budget de 3,7 milliards d’euros alloué à ces initiatives.

Loi de finance 2024, l’impact sur l’écologie

En 2024, le Projet de Loi de Finances (PLF) prévoit une augmentation de 7 milliards d’euros des crédits, soit 10 milliards d’euros d’engagements, dédiés à la planification écologique par rapport à 2023, portant ainsi les dépenses environnementales totales à 40 milliards d’euros. Les priorités budgétaires comprennent la rénovation des logements et des bâtiments, le développement de transports plus propres, la transition agricole, la préservation de la biodiversité, la compétitivité verte, la transition énergétique, le verdissement du parc automobile, et le soutien à la planification écologique dans les territoires.

  • La 4e édition du rapport sur l’impact environnemental du budget, communément appelé « budget vert », est annexée au PLF 2024.

Pour la première fois, ce « budget vert » a été utilisé comme outil d’aide à la prise de décision lors des discussions budgétaires et fiscales, au lieu d’être simplement un bilan à la fin du processus. Cela a permis d’informer les négociations budgétaires en tenant compte de l’impact environnemental des mesures discutées.

Simulez votre mensualité sur votre crédit !

Calculez vos mensualités pour une gestion financière optimale !

Simulateur / Crédit
ans
%

Allez plus loin avec notre simulateur !

Obtenez des recommandations d’investissement en cohérence avec votre situation et vos objectifs. 100% des investissements sont référencés !

Loi de finance 2024, lutte contre les fraudes fiscales

En 2024, le Projet de Loi de Finances (PLF) prévoit une augmentation de 7 milliards d’euros des crédits, soit 10 milliards d’euros d’engagements, dédiés à la planification écologique par rapport à 2023, portant ainsi les dépenses environnementales totales à 40 milliards d’euros. Les priorités budgétaires comprennent la rénovation des logements et des bâtiments, le développement de transports plus propres, la transition agricole, la préservation de la biodiversité, la compétitivité verte, la transition énergétique, le verdissement du parc automobile, et le soutien à la planification écologique dans les territoires.

La 4e édition du rapport sur l’impact environnemental du budget, communément appelé « budget vert », est annexée au PLF 2024. Pour la première fois, ce « budget vert » a été utilisé comme outil d’aide à la prise de décision lors des discussions budgétaires et fiscales, au lieu d’être simplement un bilan à la fin du processus. 

Cela a permis d’informer les négociations budgétaires en tenant compte de l’impact environnemental des mesures discutées.

Nouveaux articles
Découvrez de nouveaux articles
réduire mes impôts : 5 solutions pour défiscaliser

Réduire ses impôts en 2024 🏛️ : les 5 solutions pour défiscaliser

Voir cet article
Simulation PER

Simulation de votre PER : Comment calculer la déduction d’impôt ?

Voir cet article
SCPI primovie baisse

Pourquoi la SCPI Primovie a-t-elle baissé ?

Voir cet article
Avez-vous aimé l'article ?
Avis / Contenu
Partagez notre expertise