Logo du Groupe FindGest

🌟 Opportunité du moment : Investissement à formule à 5% par an, capital garanti

Simulateur de calcul de la plus-value de cession de parts sociales d’une SARL

Dans cet article, nous verrons quel est l’impact fiscal de la vente ou cession de parts de SARL à travers un simulateur, le calcul qui en découle, et un exemple concret :

Simulation offerte & Instantanée

474 dispositifs fiscaux

75 investissements référencés

Sommaire

L’imposition sur la plus value de cession de parts sociales peut se faire de deux manières : 

Mais avant cela, il est essentiel de connaître les éléments suivants :

  • Le montant Plus value net avant impôt
  • Durée de détention des parts sociales

Ensuite, nous pourrons analyser quel est le choix le plus judicieux entre la barème progressif ou le PFU (flat tax)

Comment fonctionne le mode de calcul si vous choisissez le barème progressif ?

  1. Si la durée de détention des parts sociales est entre 0 et 2 ans , il n’y a aucun abattement ! 

Vous serez imposé sur la plus value à  :

  • SI TMI à 0% (impôt à 17,2%)
  • Si TMI à 11% (27,45%)
  • Si TMI à 30% (45,16%)
  • SI TMI à 41% (impôt à 55,41%)
  • Si TMI à 45% (impôt à 59,14%)

La Flat tax où vous êtes imposé à 30% est plus intéressant à partir du moment où vous êtes sur la tranche marginale d’imposition à 30%

30% vs 45,16%

  1. SI la durée des parts sociales est comprise entre 2 et 8 ans, il y a un abattement de 50% ! 

Donc il sera imposé sur la plus value à  :

  • SI TMI à 0% (impôt à 17,2%)
  • Si TMI à 11% (21,95%)
  • Si TMI à 30% (30,16%)
  • SI TMI à 41% (impôt à 34,91%)
  • Si TMI à 45% (impôt à 36,64%)

Dans cette hypothèse, on remarque que l’impôt dû est à peu près le même si vous êtes sur une TMI à 30%.

Dans tous les cas, si vous êtes sur une TMI à 11%, le choix du barème progressif est forcément à privilégier pour céder vos parts sociales.

  1. SI la durée des parts sociales est comprise au-delà de 8 ans, il y a un abattement de 65% ! 

Donc il sera imposé sur la plus value à  :

  • SI TMI à 0% (impôt à 17,2%)
  • Si TMI à 11% (20, 30%)
  • Si TMI à 30% (25,66%)
  • SI TMI à 41% (impôt à 28,76%)
  • Si TMI à 45% (impôt à 29,89%)

Dans cette hypothèse, on remarque qu’il est plus intéressant de choisir le barème progressif, quoi qu’il arrive, même sur la tranche marginale d’imposition à 45%!

Exemple concret d’un chef d’entreprise qui céde ses parts sociales

Exemple : Monsieur Findgest vend sa société pour 1 M€, et la plus-value nette avant impôt est de 900 000 €. Monsieur Findgest détient cette société depuis 15 ans. Sa TMI est de 45%.

Première option : La flat tax à 30% = 900 000 * 0,30

= 300 000 € d’impôt à régler

Deuxième option : Le barème progressif.

On applique directement le taux de la TMI, soit 29,89%, donc = 900 000 * 0,2989 = 269 010 €

Avec la première option, vous allez vous acquitter d’un impôt d’un montant de 300 000 €, et avec l’autre, d’un montant de 269 010 €.

L'exclusivité n'est plus un privilège

Simulez, Investissez, Profitez

Logo Know By FindGest Trouvez votre agence en quelques secondes

Prochainement

Trouvez votre agence en quelques secondes !

Nouveaux articles
Avantages de l'épargne salariale pour les professions libérales

Avantages de l’épargne salariale pour les professions libérales

fin de report d'imposition 150 OBTER

Fin du report d’imposition à travers le 150 OB-TER

simulateur droit de succession

Simulateur droits de succession abattement